Faire sortir un ado de sa tanière !


https://www.freepik.com/free-photo/muzeva-hizica-cave-from-inside-with-view-forest-skrad-croatia_8857998.htm#page=1&query=cavern%20dark&position=1



Cette fois-ci, ce sera un article sans dessins sur un type d'organisation très particulière: la famille !


Pour l'instant, j'ai la chance d'avoir 2 ados plutôt sympas à vivre. Néanmoins, ce n'est pas toujours (ni tous les jours) tout rose (même si c'est des filles...)


Un échange, la semaine dernière, m'a fait réalisé la chance que nous avions et a déclenché une réflexions sur les difficultés les plus courantes avec les ados: enfermement dans la chambre qui devient tanière, addiction aux écrans, opposition aux parents. Je vous livre dans cet article le fruit de mes réflexions qui devrait vous apporter un éclairage différent, des pistes à explorer et j'espère contribuer à l'apaisement de quelques familles.


Allez, prenons comme point de départ, une famille somme toute banale:

  • un ado qui préfère la console de jeux ou son téléphone aux devoirs, qui a du mal à respecter les règles et à sortir de sa chambre (ou plutôt de sa tanière vu le niveau de rangement...)

  • un parents qui se "bagarre" encore et un qui a baissé les bras

Vous voyez le tableau !


Intéressons nous à l'ado et à ses comportements généralement observables:

  • Opposition aux parents

  • Addiction aux écrans

  • Mollesse, canapé et lit

Il y a clairement des variantes en fonction des ados, mais cela nous donne 3 familles de comportements correspondant aux 3 types de stress:

  • Le stress de Lutte avec une focalisation forte sur la cause de stress (ou ce que l'on croit être la cause de stress.) et qui crée de la colère.

  • Le stresse de Fuite qui détourne de la source du stress, nous fait "courir" et qui est crée de l'anxiété

  • Le stress d'Inhibition qui avachit, rend tout mou et qui crée du découragement

Vous trouverez plus de détails sur les types de stress et comment les gérer au lien suivant: www.histrio.org/infos

Le stress est une conséquence, c'est un signal d'inadaptation. Le stress nous indique que notre comportement est inadapté et qu'il conviendrait d'en changer. Il faut bien évidemment gérer le stress mais surtout la cause, le déclencheur.


Ah mince, nos ados sont stressés... Qu'est-ce qui peut bien les stresser ?

L'adolescence est un état transitoire entre l'enfant et l'adulte. C'est le moment d'une transformation physique et psychique. Et les 2 sont bien évidemment liées.


D'un point de vue physique, c'est la grande mutation, la grande transformation pour aller vers un corps d'adulte. Et c'est un grand chamboulement à l'intérieur qui consomme de l'énergie et qui renforcera l'état apathique du stress d'inhibition.



En même temps que la transformation physique, l'adolescent voit son rapport au monde évolué. Le rapport à l'autre prend maintenant une place plus importante. C'est l'âge de la recherche d'identité pour être à la fois être socialement et considéré en tant qu'individu unique. Notre ado sort de la pré-adolescence qui est le moment de la mise en place des interdits sociaux. Le besoin d'appartenance au groupe et la peur d'être rejetée déclenchent une adaptation des comportements en fonction des réactions des autres. Le pré-ado va donc petit à petit bloquer certains comportements en fonction de la réaction des groupes auxquels il appartient. Si le pré-ado se sent jugé, moqué, mis à l'écart, il va s'empêcher d'avoir les comportements qui ont déclenché cette réaction. Et il va tout faire pour les éviter à l'avenir. On parle alors d'évitements ou de comportements empêchés.


En parallèle, le pré-ado va préférer opter pour des comportements qui sont valorisés par le groupe ou qui me donne l'impression d'être valorisé par le groupe. C'est ce qui créé la tendance à la conformité, à l'uniformité des groupes d'ados (et même d'adultes...)


Il est très probable que le pré-ado accentue particulièrement certains comportements valorisés pour compenser le manque créé par les comportements empêchés. On parle alors de comportements de compensations. Ces comportements de compensation ont tendance à se renforcer avec le temps et à prendre de plus en plus de place.


Après cette parenthèse sur la pré-adolescence, revenons à notre ado. Nous avons donc un ado qui a des comportements empêchés. Chaque fois qu'il va penser qu'il va se retrouver forcé de faire un comportement empêché, il va subir un stress d'anticipation. Ce stress peut prendre une des 3 formes exposées plus haut et indique une inadaptation: la présence d'un comportement empêché dans ce cas.


Le "traitement" d'un comportement empêché passe par la réalisation du comportement. C'est paradoxal et contre-intuitif. Il s'agit en fait de faire des expériences de conséquences neutres ou positives de ce comportement. Le cerveau se re-programme alors et petit à petit réduit l'évitement et le comportement redevient possible sans stress d'anticipation.


L'adolescence est la période de notre vie dans laquelle nous avons le plus de comportements empêchés. En fait, ils ont été créés à la pré-adolescence et un grand nombre d'entre eux vont naturellement disparaitre car nous serons forcés petit à petit à réaliser certains de nos comportements empêchés.


L'ado se retrouve donc ansi coincé dans sa chambre par peur d'être confronté à ces évitements. Si on rajoute la fatigue de la transformation de physique et le plaisir procuré par les écrans, c'est bingo, jackpot, all-in, tapis ! Il est terré dans sa tanière !


Pour la fatigue de la transformation physique, de bonnes nuits de sommeil feront l'affaire. Pour les écrans, pas de solution miracle. Un peu d'éducation avec les très bons documentaires parus récemment (The social dilemma, Derrière nos écrans de fumée, ...), un peu de discipline avec des règles écrites par l'ado. Le traitement des comportements empêchés aura un effet indirect sur la consommation d'écran, puisqu'une partie de celle-ci est faite pour calmer le stress d'anticipation générés par les comportements empêchés.


Pour les comportements empêchés, le principe de base est assez simple: "Faire tout ce que je crains, tout ce que j'évite de faire, tout ce que je ne fais pas." Sauf que comme vous l'avez compris, il y a une force intérieure qui empêche la réalisation. C'est là que notre rôle de parent va prendre tout son sens en aidant nos ados à réduire leurs comportements empêchés, en les accompagnant avec douceur et amour vers les situations dans lesquelles ils ne sont pas à l'aise, en les incitant à faire ce qu'ils n'osent pas faire, en les exposant à des situations nouvelles. Il s'agit de les accompagner dans leur ouverture au monde en les rassurant, les guidant, les encourageant, les poussant hors du nid parfois.


Je pense que cela fait un moment que vous vous demandez quels sont les comportements empêchés chez votre ado (ou chez vous...) Il est impossible de faire une liste précise pour un ado ou un adulte. Je vous livre ci-dessous quelques exemples récurrents de comportements empêchés. C'est une liste réduite, les possibilités sont bien plus larges. Comme vous le verrez, un comportement se décrit avec un verbe d'action et il y a très souvent un lien avec un autre ou des autres dans cette action. C'est logique puisqu'il y a une très forte dimension sociale à ces comportements empêchés. Allez c'est parti pour quelques exemples:

  • Prendre la parole en public

  • Paraitre à l'aise en société

  • Frimer, aimer se mettre en avant

  • être intolérant

  • être prétentieux

  • Avoir du mal à déléguer

  • être vulgaire

  • Agir que quand je suis accompagné

  • Passer devant les autres dans une file d'attente

  • Montrer sa tendresse

  • Adopter le langage et le style du groupe

  • Draguer

  • Etre bêta, gauche, emprunté

  • Accuser, montrer du point

  • Aller seul au restaurant ou au cinéma

  • Réaliser des exploits

  • être à l'écoute avant de parler

  • Se mettre en retrait, à l'écart

  • être original

  • ...

Comme vous le voyez, il y a tout et son contraire dans cette liste. Et c'est normal ! Si je n'ai pas d'empêchements, je peux tout aussi bien me mettre en avant que me tenir à l'écart dans un groupe. J'ai la liberté de choisir le comportement que je souhaite en fonction de la situation.


Attention, à ce stade, il est important de mentionner que je vais avoir une réaction en voyant un autre effectué un comportement que je m'empêche. En effet, il dispose d'une liberté que je n'ai pas et cela va déclencher chez moi soit de l'agacement, soit de la gêne, soit de l'admiration. Donc en tant que parent nous pouvons être une source de tension pour nos ados lorsque nous faisons des comportements qui leur sont empêchés.... et en même nous pouvons admirés sur certains comportements. Vous pouvez donc vous servir des réactions de votre ado pour détecter ce qui est empêché chez lui.


A nous donc d'y aller en douceur et de les accompagner dans ce travail d'ouverture qui permet aux adultes comme aux ados de passer de la peur de l'autre à l'amour de soi !

PS: Les états de stress et les comportements empêchés et de compensation sont des éléments issus de l'approche neurocognitive et comportementale créée par le Dr Jacques Fradin et diffusée par l'INC (www.neurocognitivism.fr)